F-30700 Serviers-Labaume

Téléphone +33 (0)4 66 22 56 01   Fax +33 (0)4 66 22 54 49

E-Mail


Présentation             La Carte             Les Chambres             Les Produits             La Revue de Presse             Nous contacter             Accueil


 

 

La Revue de Presse

 

L'Olivier a été distingué par différents guides gastronomiques et nombre de revues, spécialisées ou non. Vous trouverez ci-après quelque extraits d'articles ayant fait mention de notre établissement.

Cependant, certains guides nous imposent de ne pas les citer à des fins de communication, pour cette raison, la revue de presse ci-dessous ne saurait être exhaustive. Nous vous remercions de votre compréhension.

L'Olivier a également été mentionné sur les sites internet suivants:

Chambresdhotes.org

www.chambrehote.fr

Armchair Uzès

Chocolate and Zucchini

ViaMichelin

Toutes les Chambres d'Hôtes en France

Le Pont du Gard

Office du Tourisme d'Uzès

La Pince à Linge

 

Vendredi Midi Loisirs, Février 2009.

Finie la pause hivernale, L'Olivier à Serviers-Labaume a rouvert ses portes. Son chef Odino Domenichini toujours aux fourneaux, a concocté une nouvelle carte toujours très inventive, avec des lasagnes aux morilles, du pavé d'espadon pané ou encore des rougets poêlés. Nouveauté cette année: une formule brasserie avec un menu du jour a 22€ a été instaurée.  A découvrir pour sa cuisine méditerranéenne raffinée et son cadre XVIIe typiquement provençal et surtout l'accueil chaleureux.

 

Le Pudlo France 2006

Domenichini, Odino, le père, et Numa, le fils, proposent une cuisine pleine de soleil dans leur restaurant à la salle joliment éclairée d'orange, version stucco antico. Risotto à la parmesane, filet de daurade à la poêle, pané au sésame et pavot, escalope de foie gras et compotée de fruit à la vanille Bourbon ou déclinaison de lapin (noisette en filet, atriaux de foie au marc de Provence, rognons poêlés) aux herbes et vinaigre balsamique, mais aussi figues pochées au cappuccino avec café à l'italienne ou crème glacée à la verveine aux zestes de citron confit sont très séducteurs.

 

Vendredi Midi Loisirs, Décembre 2006

L'Olivier en hiver

Nous avions déjà apprécié toutes les saveurs de la cuisine de Numa Domenichini. Nous y revenons pour la carte Automne-Hiver: noix de Saint-Jacques à la vapeur de fenouil sauvage, escalope de foie gras frais de canard tiède au muscat de Saint-Gilles, filet de sandre mariné au citron et herbes fraîches! Les papilles s'affolent.

 

La Semaine - L'Hebdo Nîmes et Gard, Avril 2006

L'Olivier à Serviers; saveurs et délices de Méditerranée - Toute la créativité des Domenichini

Nous sommes au cœur du village de Serviers-Labaume, village de l'Uzège. C'est ici en lieu et place de l'ancien café ancré dans une bâtisse du XVIIe siècle que l'olivier a pris racine, devenant une l'une des plus séduisantes tables de la région. On le doit à Odino et Anne-Marie Domenichini. Au fil des ans, après une vie bien remplie à Nuehcâtel (Suisse), ils l'ont transformé en un écrin de couleurs et saveurs méditerranéennes, superbe, raffiné. Et L'Olivier dispose de cinq chambres d'hôtes.

Un patio rêvé. On déjeune sous les voûtes de pierres où bien dans le patio des délices, clair et végétal.

Aujourd'hui, Numa Domenichini (le fils) invente la cuisine de L'Olivier. Entouré de son épouse Tania et d'Anne-Marie, ils mettent en scène, puis accueillent et régalent les gastronomes. Car c'est bien de gastronomie qu'il s'agit, légère et créative; défintivement inspirée par les terroirs voisins de la Grqnde bleue. Une cuisine du voyqge - les racines italiennes de la famille ne sont jamais loin - que l'on peut déguster lors d'un menu "déjeuner" et des suggestions hebdomadaires du chef. Nous apprécions les nouillettes fraîches à la fricassée de légumes printaniers à l'huile d'olives extra-vierge, le pot-au-feu de mer parfumé au pistou.

Herbes du jardin. Vous aimerez encore les raviolis farcis à la brousse de chèvre et jambon cru, tuile au parmesan, le carré de veau au four et herbes du jardin... Et sur la carte d'autres bonheurs; l'escalope de foie gras de canard; sa co,potée de fruits de saison à la vanille bourbon et sauce au muscat de Saint-Gilles, le médaillon de Lotte en saltinbocca, sans oublier les desserts, dont le tiramisu maison et son coulis tiède au kiwi et autres déclinaison de chocolat. Pour le choix des vins nous vous confions à Anne-Marie Domenichini, toujours en quête de précieux vins de propriétaires, toujours au Sud...

 

NZZ Am Sonntag, 16 Octobre 2005

Das ehemalige Café des kleinen Dorfes ausserhalb von Uzès hat sich in das schmucke Restaurant L'Olivier verwandelt. Der Patron des Familienbetrieb hat vor drei Jahren die Leitung am Herd seinem Sohn anvertraut, der seine Sache tadellos macht. Geboten wird eine erstklassige Marktküche.  Gutes Fünf-Gang-Menu wie gebratene Jakobsmuscheln, Loup de mer auf friettierten Lauch, herrvorragende Käseauswahl, für 42 Euro Gästezimmer.

 

Saveurs, Septembre 2005

...Domenichini Odino, le père et Numa, le fils concoctent une cuisine pleine de soleil...

 

Balades gourmandes, Juillet-Août 2005

L'Olivier: poussez jusqu'au village de Serviers-et-Labaume pour goûter la cuisine à quatre mains des Domenichini père et fils.

Après un parcours distingué dans quelques établissements suisses choisis, Odino Domenichini a fait ses adieux à la scène culinaire helvétique et décidé de commencer une nouvelle aventure dans ce petit village de l'Uzège. Changement de vie, changement de décor, mais le talent est toujours là. Un rendez-vous incontournable pour goûter une cuisine très inventive aux délicates réminiscences italienne: le risotto est divin et les figues pochées au capuccino inoubliables... Petit détail non négligeable: si vous voulez faire bombance en assurant vos arrières, L'Olivier dispose également de confortables chambres d'hôtes pour une douce nuit réparatrice...

 

L'Hôtellerie Restauration, Jeudi 2 juin 2005

Travail à quatre mains: Numa Domenichini, digne héritier précoce

Serviers-et-Labaume (30) Si Odino Domenichini, le père, n'est devenu qu'à 40 ans le cuisinier qu'il rêvait d'être à l'adolescence, le fils, lui, a vite pris ses responsabilités aux fourneaux.

Odino Domenichini, 56 ans, le verbe facile, vit depuis son 40e anniversaire une deuxième existence professionnelle. Ce Suisse d'origine italienne est devenu en 1988 le cuisinier qu'il avait toujours rêvé d'être. Auparavant, suivant le sillon tracé par un père qui avait d'autres ambitions pour son fils, il était graveur et sertisseur de pierres précieuses.

En 1988, donc, il a débuté sa formation devant les fourneaux. "Je me suis payé aussi deux stages. L'un chez Georges Blanc, l'autre avec Jacques Pic, et j'ai finalement racheté le restaurant Chez Jean-Louis près de Neuchâtel. Etienne Gaildry, un chef français, m'a aidé à poursuivre ma formation et après 5 ans j'ai volé de mes propres ailes." La famille a pris ensuite possession de La Croix Blanche pour en faire jusqu'en 1998 une table reconnue par tous les guides gastronomiques.

A 50 ans, Odino avait envie d'un nouveau défi. C'est ainsi qu'il a posé ses bagages à Serviers-et-Labaume, un village gardois de 350 habitatns tout près d'Uzès. "Nous avions acheté, il y a longtemps déjà, une maison où nous venions en vacances ainsi que les murs du café, le seul commerce. Le 5 février 1999, nous avons ouvert L'Olivier, notre nouveau restaurant."

Une bonne collaboration: une affaire familiale dans laquelle Numa, l'un des fils de la maison, a trouvé sa place. Pour rien au monde, son père n'aurait voulu l'empêcher de le rejoindre en cuisine si telle était sa volonté. Il n'a donc cessé de prendre une place toujours plus importante. "J'ai fait mon apprentissage à La Croix Blanche, car je n'ai jamais voulu voir ce qui se faisait ailleurs. J'étais certain d'y avoir plus de possibilités de travailler de beaux produits". A 26 ans, Numa Domenichini est aujourd'hui responsable de tout ce qui sort de la cuisine de L'Olivier. "Au départ, je n'avais que la responsabilité des cuissons mais en 2001, mon père a été victime de multiples et importants problèmes de santé. Depuis, il ne supporte plus le stress du coup de feu. Mais on travaille toujours à quatre mains sur la composition des menus et de la carte. On a trouvé une bonne façon de collaborer." Ensemble, ils ont dû faire face aux inondations de septembre 2002 avec 2 mètres d'eau dans le restaurant, ensemble, ils ont décidé d'aménager 5 chambres d'hôtes en ensemble, encore, ils suivent la courbe ascendante du chiffre d'affaires du restaurant. "De 1999 à 2003, nous avons progressé de 80%, et aujourd'hui, on est assez fiers, grâce à nos clients, de faire parler de nous en Allemagne, au Danemark et bien sûr en Suisse", conclut Odino.

 

Le Point, Jeudi 15 juillet 2004

Un village d'un calme enchanteur au cœur de la campagne gardoise: Uzès n'est qu'à 6 kilomètres. Mais on est déjà en Italie. Les Domenichini, Odino, le père et Numa, le fils, réalisent à quatre mains une cuisine pleine de soleil dans leur jolie salle éclairée d'orange, version stucco antico. Risotto à la parmesane, daurade à la poêle panée au sésame et pavot, escalope de foie gras et compote de fruits à la vanille Bourbon ou déclinaison de lapin (noisette en filet, attriaux de foie au marc de Provence, rognons poêlés) aux herbes et vinaigre balsamique font bel effet. Il y a encore les figues pochées au cappuccino avec café à l'italienne et la crème glacée à la verveine aux zestes de citron confit comme douceurs sont très séductrices.

 

The International Who's Who of Chefs 2004-2005 (First Edition)

Numa et Odino Domenichini ont été distingués et cités dans la première édition du "International Who's Who of Chefs", ouvrage regroupant les grands chefs du monde entier. L'ouvrage est consultable au restaurant. Pour plus de renseignements, vous pouvez également vous rendre sur le site www.international-chefs.com. Cliquez ici pour voir le CV de Odino Domenichini

 

Les Echos week-end, vendredi 20 et samedi 21 septembre 2002

A Serviers-Labaume (à 5 kilomètres d’Uzès), nous recommandons l’ancien café du hameau, transformé en un confortable restaurant à l’enseigne de l’Olivier par un couple italo-suisse. L’établissement à subi les inondations qui ont frappé la région. On comptait jusqu’à 2 mètres d’eau dans le village, mais le restaurant devrait rouvrir ce lundi. Installé dans le patio à l’arrière du restaurant, on choisit entre le menu Saveur et le menu du jour, tous les deux fondés sur les produits de saison et la cuisine régionale, avec parfois quelques échappées italiennes (risotto, raviolis…). Après les amuses-bouches (trois délicieuses petites purées), le cannelloni de brousse et orties à la crème de parmesan, la poêlée de queues d’écrevisses au gingembre et flan à l’oseille, suivie d’un carré de veau de lait rôti en croûte d’herbes de la garrigue et d’un filet de daurade au four à l’huile d’olive nous et basilic frais nous ont séduits. Cette cuisine dont le souci majeur est de s’intégrer dans le paysage local (les légumes proviennent d’agriculteurs voisins et les crus de la région sont mis en avant à des prix doux), est irréprochable.

 

Journal du Pont du Gard, vendredi 2 novembre 2001 (article concernant l’opération A Tables !)

« Au Restaurant L’Olivier à Serviers, les créations de Martine Dournon (peintre sur porcelaine) et d’Eric Lindgren (souffleur de verre) ont été utilisées sur la table » rapporte Isabelle Martin-Bridot, chargée de communication. « Le public est très demandeur de cette formule et nous allons tenter de la généraliser ».

 

Politiken (Danemark), 10 juillet 2001

…Yndlingsdesserten med chokolade pa flere mader pa Restaurant l’Olivier i Serviers i Sydfrankrig.

 

SonntagsBlick Nr. 24,  17 juin 2001

Serviers : Ausschliesslich ums Kochen geht es bei Familie Domenichini. Ihr kleines Restaurant « L’Olivier » in Serviers ist der ganze Stolz von Vater Odino, Mutter Anne-Marie, Sohn Numa und Fast-Schwiegertochter Tanja. Rührend wie der 53-Jährige die Wange des 23-Jährigen tätschelt, ihn « mon bébé » nennt. Die Neuenburger Familie besass in dem kleinen Ort fast 20 Jahre ein Ferienhaus. Da wurde die Dorfbeiz frei. Ihr mit 14 Punkten im Restaurantführer « Gault-Millau » benotetes Lokal in Corcelles NE liessen sie die vier hinter sich , zogen nach Südfrankreich, fingen neu an. Der in Italien geborene Domenichini (erst Edelsteinfasser in der Schweizer Uhrenbranche, mit 40 dann Einstieg ins Kochgewerbe) : « Wir kochen hier südfranzösisch sinnlich. » Ein Menü kostet ungefähr FF 230. Ausgezeichnet. Familienwunsch : ein Michelin-Stern. « Das würde unsere Leidenschaft beflügeln », darin sind sich Vater und Sohn einig.

 

Terre de Vins, décembre 2000, janvier/février 2001

L’Olivier. Les brigades de vingt personnes, il n’en veut plus ! Depuis qu’il s’est installé à Serviers, le patron de l’Olivier travaille en famille avec son épouse et son fils. Une reconversion qui n’a pas modifié son talent. Escalope de foie gras au muscat et compote d’arbouses, queues d’écrevisses poêlées, filet mignon de porc aux morilles… Vous salivez ? Vous avez raison.

Légende des photos: Odino Domenichini a quitté la Suisse et renoncé aux grandes brigades pour venir s’installer à Serviers, un ravissant village au cœur de l’Uzège. Avec son fils numa, il compose une cuisine savoureuse et délicate réalisée à partir de produits du terroir. A leur droite, une escalope de foie gras poêlée à la compote d’arbouses.